Ne pas être gras à lécher les murs

Publié le par Jacques Michaud

Merci Djipi pour cette contribution. La forme est ambiguë et il est bien nécessaire de l'expliquer. Il s'agit en l'occurrence de considérer ces gros richards, ceux "qui s'engraissent avec la sueur de notre front" (Ionesco/Macbett), ceux qui vous font acheter des assurances-vie à la con dont le capital s'amenuise comme peau de chagrin (évidemment votre capital va in the pocket de moins cons que vous (mais c'est facile, attention, mon vous est un jeu)). Ah, ces enculés de banquiers, je les hais ! Ils nous sucent (ben oui, j'ai mis en gras pasque c'est une métaphore!) sans nous procurer le moindre plaisir...Donc il y en a qui n'ont pas fait leur fortune avec l'air du temps. Sans doute y a-t-il des relents populistes dans l'expression, mais j'en ai marre d'être clean, j'en ai marre d'être anti-poujadiste. J'en ai marre de me faire entuber...

Publié dans métaphore

Commenter cet article