Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Peser les cerises

Publié le par Jacques Michaud

Un vieux coup de fatigue ou un petit coup dans le nez ou une situation où on s'emmerde un maximum et que, rapidement on commence à dodeliner de la tête, les yeux lourds. On les ferme par intermittence, oh, pas longtemps, pour ne pas paraître endormi mais on a besoin de donner ce calme à ses yeux. Le seul problème, c'est qu'on ne se rend pas toujours compte du temps qu'on passe à fermer les yeux. Surtout quand les interlocuteurs sont courtois. Dans les cas extrêmes, on entre dans le champ de la narcolepsie, endormissement subit, absolument pas maîtrisé, fréquent paraît-il chez ceux qui font des apnées du sommeil.

Peser les cerises, c'est dodeliner de la tête, en luttant contre le sommeil. Pierre DesRuisseaux, dans son Dictionnaire des expressions québécoises, signale "Planter des clous" ou "Cogner des clous". Egalement en québécois, "planter des piquets". Il faut bien admettre que tout ça est très visuel.

 

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Etre en mode aspirateur

Publié le par Jacques Michaud

 

Une fois n’est pas coutume, je me contenterai de citer un lecteur de Télérama dont le courrier a été publié peu après l’Euro de basket en hommage à Jacques MONCLAR (28/09/2011, n°3220). Courrier signé LALOY JARDIN, extrait  :

 

« En matière de langue fleurie, le rugby avait déjà relégué le foot au rang de petit joueur. C’était compter sans la vague bénie du basket de ces dernières semaines et le répertoire du basketteur et commentateur Jacques Monclar, qui connaît ses classiques et les réinvente en permanence. De la grande création, dont j’ai noté quelques saillies pour les absents : « Joachim Noah est en mode aspirateur » (sur tous les rebonds), « Il a sorti le gadgetobras »(intercepté le ballon, marqué un panier improbable…), « Ah ! celui-là, il est en mode Marsupilami (vous devinez), « Allez les voleurs de Mobylette » (contre-attaque à toute vitesse), « Et il était là pour mettre le couvercle » (finaliser le panier) (…) « Il est chaud comme une baraque à frites », « Il a le cardio qui est monté aux lustres », « Va falloir leur mettre un coup sur la truffe définitif ». Et enfin : « Fais-moi frémir la ficelle ». Merci, monsieur Monclar

 

 

Et pour voir les qualités d'analyste de jeu du bonhomme voir :

http://youtu.be/dgzHwdip_es

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0