Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Renvoyer dans les cordes

Publié le par Jacques Michaud

Je vais (te) le renvoyer dans ses cordes

Pour les adeptes du coup de menton, tels (j'aurais pu écrire "tel", j'avais le droit, c'est juste pour vous rappeler à quel point je maîtrise ces genres de trucs sans importance) Chirac ( selon le Canard Enchaîné dans une époque révolue) (ça y est je suis sûr que vous êtes paumé dans les parenthèses (j'aurais pu d'ailleurs écrire paumés) ) cette expression est issue d'un catalogue de mauvaises intentions, égrené par un pauvre bougre qui croit qu'il va faire peur à l'autre qui lui a fait un chien de sa chienne ou bien qui lui a chié dans les bottes si ce n'est qu'il lui a vendu des oeufs qui voulaient pas cuire (vous voyez ce que je veux dire ? fermez la parenthèse !).
Quand j'entends cette expression, je me marre à l'avance parce que je sais que j'ai affaire à un faible, qui tel le tétrodon, se gonfle pour faire peur à l'ami (qui au demeurant n'en a rien à péter) au sujet de l'ennemi qu'il n'osera même pas affronter. Poil au nez. C'est pas marrant, mais c'est ça qu'est drôle.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Avoir du pot / Ne pas avoir de pot

Publié le par Jacques Michaud

Avoir du pot / Ne pas avoir de pot

Quand on n'a pas de chance, on n'a pas de chance, pas la baraka, pas la moule. Alors forcément quand on n'a pas la moule, ça ne donne pas la frite !
Il semblerait que la scoumoune se soit abattue sur nos départs en vacances. Obligé d'annuler après une avarie sur le camping-car à 250 km du départ. Une fois en passant, je dis pas, mais ça  nous arrive très souvent ce genre de couille. Je sais que tout le monde s'en fout mais je tenais tout de même à geindre un petit peu. Je vais être de très mauvaise humeur.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Avoir la queue comme un rat qui va aux pommes

Publié le par Jacques Michaud

Avoir la queue comme un rat qui va aux pommes

Bon, on est toujours à la source auvergnate et julienne. On va dire que l'expression vient de Volvic, pas si loin de Chanat, qui elle même jouxte, voire frôle et même caresse avec une certaine altitude (preque mille mètres) Clermont-Ferrand (éternelle rivale de Toulouse; je suis désolé d'avoir à rappeler ces choses qui fâchent. J'ai une nièce clermontoise, soeur de mon neveu toulousain et évidemment, ça tchatche autour de cette difficulté pour Clermont de niquer Toulouse. Merde, je me mets toujours du côté des loosers (puisque c'est un monde que je connais putain bien ) : vive Clermont et que le meilleur gagne. Allez vous les niquerez !).
Revenons à ce point majeur qu'est la queue pour un rat. Un rat, somme toute, ne pense qu'à ça : bouffer des pommes. Ce con de rat ne pense qu'à bouffer des pommes jusqu'à se bourrer sa gueule de rat. jusques (licence poétique autorisée par Maître Capello) au trognon évidently. Indeed.
Que le rat se bourre la gueule comme une vache qui elle-même est assez conne pour se beurrer (la vache est évidemment normande) avec des pommes quand elle n'est pas assez stupide, la vache, pour se faire gonfler au trèfle (est-ce que vous connaissez le bonheur de lire les Contes du Chat Perché de ce fucker de Marcel Aymé. ? Vos enfants ont-ils eu la chance de rencontrer un prof qui les embrouille avec ça ? Sinon, jeunes mères et paires de de que vous voulez, réagissez ! Ils sauront tout des vaches qui bouffent du trèfle à s'en faire péter la panse et des plats en faïence que les enfants ont cassé alors que putain de bordel de nom de dieu ils étaient dans la famille depuis cent ans (100 ans) ! Sans déconner offrez-leur ces trésors en y ajoutant les Contes de la Rue Broca de Pierre Gripari avec la Sorcière de la rue Mouffetard que je connais bien perso, pas la sorcière, la rue !
J'arrive pas à voir le rôle de la queue du rat bourré. En fait je n'y comprends rien, mais je trouve ça très beau !
Peut-être que quand on est bourré on débande. Je sais pas les gars (les filles je sais pas si elles savent), aidez-moi ! Au secours ! j'ai un problème de queue !

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Ne pas avoir un pet' de jeu

Publié le par Jacques Michaud

Ne pas avoir un pet' de jeu

Merci à Jul et l'Auvergne qui nous ont communiqué cette expression
Comme moi vous pensez peut-être que cette expression signifie qu'on n'a pas la moule aux cartes, pas de cul et surtout pas le cul bordé de nouilles. Mais dans ce cas il n'y pas d'usage métaphorique à proprement parler et cette expression serait à laisser dans son premier degré si elle ne nous procurait pas justement le plaisir de ce premier degré s'opposant à la magnifique invention du sens qui nous est proposé.
Ne pas avoir un pet' de jeu, c'est ne pas sembler affecté par une prise d'alcool même excessive. En fait, vous êtes bourré mais ça ne se voit pas. Vous pouvez même vous mettre sur un pied,  poser le coude sur le genou relevé et faire un pied de nez à votre copain ou aux flics quand ils ont le sens de l'humour.
Bien sûr la métaphore réside dans le jeu/absence de jeu. Quand il y a du jeu, au sens mécanique du terme, c'est que ça tourne carré, que ça branle dans le manche et que ça va pas tarder à vous chier du poivre. En ayant bu, on est censé avoir un peu de jeu, c'est-à-dire tanguer, marcher en zig-zag, etc. Quand on n'a pas de jeu, c'est qu'on peut rester droit dans ses bottes.
Les métaphores liées à la prise d'alcool connaissent un franc succès sur ce blog. C'est vrai que les interdits stimulent le jeu, les moqueries, quand ce n'est pas la subversion...hum !
Ce qui m'interroge comme dirait peut-être un frère Bogdanov juste avant de nous donner la réponse définitive, et indubitable, c'est ce pet' (prononcer comme l'abréviation de "pétard" - le tarpé). Il ne s'agit pas du pet (comme dans ne pas valoir un pet de lapin ou encore comme un pet sur une toile cirée). On entend ce pet' dans "j'ai acheté une voiture d'occase, nickel-chrome, elle a pas un pet'" ou encore "cette histoire, ça ne vaut pas un pet'. Traduisons donc un pet' par "un petit truc", "une pointe de". Ca vous va ?
Porter le pet, c'est mettre en garde, mais là, on prononce "pé".
En consultant le Petit Bob, j'ai redécouvert Pet ! interjection que j'utilisais dans ma jeunesse pour signaler l'arrivée intempestive des parents, des profs ou des forces de l'ordre quand dans une bande nous faisions des conneries. Je n'avais jamais imaginé que cela s'écrivît de cette façon-là.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Copains comme cochons

Publié le par Jacques Michaud

Copains comme cochons

Je me fais un peu engueuler parce que je tire ma flemme et que je ne poste pas assez souvent. En ce moment, mon HP me fait des embrouilles et toutes mes notes sont masquées, tudieu de bordel à cul ! Ben oui, je suis moderne, je note sur un HP, ça m'évite de perdre mes notes papier.
'reusement que j'ai des copains qui m'abreuvent. Merci Michel T. pour cette expression porcine. Je ne sais pas ce que font les cochons quand ils s'aiment...ptêt qu'ils s'embrassent, p'têt qu'ils se balladent pied de cochon dans pied de cochon, p'têt même qu'ils s'enculent ou des trucs comme ça, genre un peu dégueulasse, ça m'étonnerait pas.
Des copains comme cochons, ça fait la foire ensemble, ça picole, ça rigole, ça vit !

Publié dans comparaison

Partager cet article

Repost 0

Maman m'a dit que son amie Yvette était vraiment très chouette

Publié le par Jacques Michaud

Maman m'a dit que son amie Yvette était vraiment très chouette

J'aimerais vous dire à quel point l'usage de la métaphore plaît aux enfants. Ils sont capables, dès 5 ans, je l'ai constaté maintes fois, de s'interroger sur le sens d'une expression mais surtout de comprendre qu'une expression peut avoir son sens propre et un sens figuré (mais bien sûr ils ne retiendront propre/figuré que plus tard lors de "leçons" de français peut-être ennuyeuses). "Papy, tu es encore dans les nuages !"
Dans les années 80 est paru ce petit livre dont je vous joins le fac similé. Chez nous, il est très usé, mais il fonctionne toujours, par à-coups, car la compréhension s'installe progressivement. Génial...



















              Papa m'a dit que maman lui avait posé un lapin



bibliographie
http://www.payot-rivages.fr/asp/auteur.asp?id=1432

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Etre du genre à secouer la tête quand on vous donne un éventail

Publié le par Jacques Michaud

Etre du genre à secouer la tête quand on vous donne un éventail

En effet, que voilà une expression qui vaut son pesant de cacahuètes de visualisation. Merci à Jean-Simon qui nous la propose en équivalence de "n'a pas inventé la poudre, le fil à couper le beurre, l'eau chaude, etc..

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Aller aux asperges

Publié le par Jacques Michaud

Aller aux asperges

Sachant la connotation phallique de l'asperge - et de bien d'autres légumes, évidemment, tels le poireau - cette expression signifie "aller chercher le client" (le micheton, donc) dans le cas d'une prostituée.
On trouvera dans le site suivant de nombreux exemples de la phraséologie potagère.



http://books.google.fr/books?id=5WvgEJ3gmG4C&pg=PA155&lpg=PA155&dq=clarinette+baveuse&source=web&ots=sgFEXW0xd-&sig=olD9tjAeTPVdmRjHKxQ-yf4TEHQ&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=5&ct=result#PPA21,M1

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Comme un pet sur une toile cirée

Publié le par Jacques Michaud

Comme un pet sur une toile cirée

Lâchée un jour par  PP et par hasard (zeugme !), cette belle comparaison  image les effets d'une action bien sentie, qui fait pschitt ! C'est-à-dire qu'elle ne produit aucun résultat. En tout cas pas celui qu'on escomptait. 
Parfois, ça ne sert à rien de s'escrimer, c'est comme si vous pissiez dans un violon, mieux vault laisser tomber et aller à la pêche.

Publié dans comparaison

Partager cet article

Repost 0

Avoir l'air d'un plat de nouilles

Publié le par Jacques Michaud

Avoir l'air d'un plat de nouilles

Il y a des gens comme ça, qui n'ont pas l'air bien allants. Ils sont mous comme des chiques. Ils sont lents comme des escargots. Et en plus, ils n'ont pas l'air très malin. Ils ont l'air d'un plat de nouilles.
Etre une nouille, c'est être carrément ballot, incapable semble-t-il, de réussir quoi que ce soit. C'est faire partie de la secte de ceux qui n'ont pas inventé l'eau chaude, le fil à couper le beurre, non plus que la poudre.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>