Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faire du baching

Publié le par Jacques Michaud

Longtemps que l'idée de consacrer des articles au franglais me titille et me trotte dans la tête (m'en fous si ça redonde, et alors ?). Pas pour condamner ni porter un jugement forcément négatif car comment refuser que les langues convergent afin que l'inter-compréhension humaine soit plus grande ? Et puis, ce qui m'intéresse, c'est observer l'état de la langue, regarder son évolution. J'avoue que ce qui m'ennuie, c'est que l'irruption (je ne dis pas l'intrusion) de l'anglais dans notre langue accompagne un encerclement économique. Ca me fait carrément flipper de constater par exemple qu'on essaie de nous imposer les mesures anglo-saxonnes en pouces (inches). Franchement, quand on décrit la diagonale d'une TV ou un écran en pouces, ça me gonfle grave... En fait on nous prend pour des cons en nous laissant croire qu'on est assez doués pour piger ce nouveau volapük.

L'autre aspect des choses, c'est que notre français superbe -et jadis si "impérial"- n'a pas la simplicité voulue ni la réactivité suffisante pour accompagner les besoins d'une langue moderne : une langue qui s'invente et se crée chaque jour, comme le serine le beau slogan de Linguapop (voir en haut à droite).

Les nouveaux mots en français sont décidés en haut lieu par une commission idoine qui préconise des usages certes intéressants mais qui se posent en prescription en méconnaissant parfois les usages. Il faudrait adopter le mouvement inverse : laisser la langue se créer et accompagner le mouvement. Dans ces cas-là, ladite commission pourrait peut-être influer vraiment. A quoi sert-il de préconiser qu'un tuner doit être appelé syntoniseur ou qu'un week-end doit être appelé dominique si l'usage ne le relaie pas.

Aujourd'hui, c'est le buzz (3) qui fabrique parfois ces mots nouveaux en les adaptant le plus souvent d'une autre langue.

 

Alors quand j'entends parler de "journaliste-baching", je me demande de quoi est-ce qu'on cause. En bon logicien, je me réfère à l'argot bâcher, mettre une bâche, c'est-à-dire claquer le bec ou se moquer avec violence. Je ne suis pas si loin des choses puisqu'un article du site café babel éclaire ce mot issu d'abord de l'anglais puis principalement utilisé en Allemagne avant d'arriver en France (cf. en fin d'article).
L'exemple le plus actuel de journaliste baching est celui pratiqué par Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de Gauche. 


Mélenchon: Les journalistes sont de "petites cervelles"
envoyé par ecoledejournalisme. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 

Voici ce que dit l'article de café-babel (extrait) 

 

"En anglais, le mot désigne un type de violence exercé à l’encontre d’un groupe ou d’une personne fondée sur l’identité ou les convictions idéologiques. Ce terme traduit ce que l’allemand s’obligerait à exprimer en usant de périphrases tortueuses telles que « cloué au pilori, vouer aux gémonies… » (...) On savait déjà, depuis le dernier championnat du monde de football, que les supporters de l’Allemagne n’assistent plus collectivement à une projection publique sur grand écran, mais à un… Public Viewing. De même qu’ils cancel un vol au lieu de l’annuler, se tartinent de make-up ou effectuent leurs transactions bancaires Online. (...)les Français se battent déjà depuis un certain nombre d’années contre l’invasion du franglais. Ce néologisme créé par le grammairien Max Rat fit son apparition dans les colonnes du quotidien France-Soir en 1960. Il en résulta que face à la recrudescence du full time et autres open spaces, la douce France, si soucieuse de préserver la virginité de son idiome, tenta d’endiguer le phénomène en légiférant. Cette volonté hexagonale de se protéger aboutit en 1994 à la promulgation la Loi Toubon (du nom du ministre de la culture de l’époque). Une mesure que la rue ne manqua pas de brocarder en l’affublant, non sans malice, du sobriquet de loi Allgood. l’E-mail, l’efficacité d’une telle mesure a encore de quoi laisser perplexe."

 

 

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Remettre les pendules à l'heure

Publié le par Jacques Michaud

Est-ce une légende ou bien plutôt une vacherie qui fait croire que Johnny (1) aurait prononcé la phrase suivante : il faut remettre les pendules à leur... place ?

Remettre-les-pendules-a-l-heure.JPG.

 

Ca amuse un certain nombre d'humoristes de tomber continuellement à bras raccourcis (Abraracourcix est le nom du chef du village Gaulois où s'ébattent Obélix et Astérix (2) (3)) sur ce chanteur (Ah, les parenthèses, ça casse ! mais c'est bien, ça maintient l'attention. Et s'il y a perte d'attention, c'est que c'était pas la peine de se casser le cul pour vous)..

Remettre les pendules à l'heure, c'est mettre les choses au point , mettre à plat, repartir de zéro, etc. En plus de cet aspect technique, il faut bien y ajouter un zeste d'aspect polémique ou a minima dialectique. Remettre les pendules à l'heure, c'est une manière de dire à son interlocuteur des choses désagréables pour battre en brèche des erreurs ou des opinions fausses.

C'est clair ?

Tant pis !

 

(1) Johnny Halliday, chanteur belge ou français, bien connu en France.

(2) Personnage créé par René Goscinny, génial scénariste de bandes dessinéees. Le dessinateur d'Astérix, encore vivant comme moi s'appelle Uderzo

(3) Vous vous demandez pourquoi je donne en (1) et (2) tous ces détails que presque tout français connaît : c'est tout simplement que ce blog est très souvent lu et traduit (automatiquement, ah,,ah !) par des  lecteurs étrangers...

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Se faire reluire le berlingot

Publié le par Jacques Michaud

La chanteuse Colette Renard vient de s'éteindre. C'est l'occasion de découvrir ou de réécouter ce bijou que dans la chanson elle se fait chatouiller, une chanson coquine : les nuits d'une demoiselle. Le texte contient une trentaine de métaphores érotico-suggestives évoquant l'acte d'amour du point de vue féminin, ce qui n'est pas si fréquent. Rien que du tendre...Merci à Nathalie C. , comédienne et chanteuse dans le Cabaret des Délicieuses (1) qui nous a communiqué ce lien. Cette chanson fait partie de leur spectacle : le Cabaret des Délicieuses. Allez buzzez...

 

 

 

 

 

D'amour en érotisme, d'humour en fétichisme, trois délicieuses, sorties tout droit d'une baraque for...aine à sensations, vous dévoilent le corps et l'âme avec un bonheur rosi à point de maints plaisirs et désirs charnels.
 
A Saint-Laurent-des-Eaux, Loir-et-Cher, le 16 octobre à 20h30 (Centre culturel Jean-Moulin)

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Faire de l'or avec du plomb ou changer l'or en plomb

Publié le par Jacques Michaud

 

L'expression est plutôt : on ne peut pas faire de l'or avec du plomb. C'est une phrase un peu fétiche de l'encore premier ministre de la France qui s'appelle François Fillon. Sous-entendu : avec la dette que supporte la France, avec les difficultés liées à l'emploi, au déficit de la sécurité sociale, au déséquilibre de la balance commerciale, au moral des ménages, à la grogne ambiante, je ne peux pas faire de miracles.

Mais l'important pour lui, c'est de faire des réformes, même si elles sont mauvaises pour le peuple de France. C'était déjà le credo d'un certain Raffarin qui n'a pas laissé un souvenir impérissable. Du moment que le CAC 40 est heureux...Et puis, elles, les entreprises du CAC à rentes, elles savent bien transformer le plomb en or.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0