Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

The watching-the-hole / Les guette-au-trou

Publié le par Jacques Michaud


Il arrive assez fréquemment que certains de mes lecteurs étrangers fassent traduire (plus ou moins automatiquement) un de mes articles. C’est curieux d’examiner un de ses propres textes mystérieusement transcrit en arabe, chinois, russe ou japonais…

Il y a déjà quelque temps (Ô temps suspends ton vol !) une collègue galloise m’avait fourni quelques textes passés par traduction automatique de l’anglais au français. Le résultat était à pisser de rire pour les filles, à se fendre la gueule pour les garçons, à se tenir les côtes pour les ambidextres.

Les traductions via le web ont fait de gros progrès, toutefois mon niveau d’anglais ne me permet pas toujours de savourer avec une grande précision l’écart entre les deux versions. Mais peut-être en est-il autrement de vous qui avez peut-être appris l’anglais ailleurs qu’en France ?

Je vous livre en face à face les deux versions d’une traduction Google d’un article publié en 2006. Vos commentaires concernant cette traduction me seraient un bonheur. Hélas, je ne méconnais pas les occupations autrement importantes dont vous êtes le jouet mais je ne désespère pas d’accaparer pour quelques instants votre sémillante excellence…

Les guette-au-trou

 

Cette expression désigne le plus souvent la corporation des sages-femmes qui, depuis des générations, mesurent d’heure en heure puis de quart d’heure en quart d’heure la dilatation de ce trou par lequel , tous,  nous sommes passés à notre naissance (ce qu’on mesure, c’est la dilatation du col de l’utérus m’a confirmé ma guette-au-trou de fille). A une certaine époque, presque jusqu’aux année 60, on mesurait ce trou en équivalent pièce de monnaie des anciens francs. Cela devenait intéressant à la taille de la pièce de 5 francs. Après, la naissance du moutard arrivait….

The watching-the-hole

 

This term usually refers to the guild of midwives, for generations, measured by the hour and fifteen minutes to fifteen minutes in the expansion of the hole through which we all have moved to our birth (so far is the dilatation of the cervix confirmed to me by my hole-in-girl). At one time, almost the 60s, we measured the hole equivalent coin of old francs. It became interesting to the size of the 5-franc piece. After the birth of the youngster coming soon

  
 metaphora-photo-guette-au-trou.jpg

Measuring instruments for watching-in-hole during the baby boom after the war

Instruments de mesure pour quette-au-trou lors du baby-boom de l’après-guerre

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Cirer les pompes

Publié le par Jacques Michaud

Bien sûr, visuellement, on imagine le cireur de chaussures (les pompes*) en train de faire son travail dans une position d'infériorité (mais n'oublions jamais que le cireur a la possibilité de cracher sur les pompes de celui qui le paie pour ce service. N'oublions jamais, d'ailleurs, que même le serveur de restaurant que vous maltraitez a lui aussi la possibilité de cracher dans la soupe).
Cirer les pompes, c'est évidemment avoir une attitude et même parfois une logorrhée servile auprès d’un  (supposé) plus puissant que soi. Prenez par exemple un des courtisans de la république dans la comédie du pouvoir : ces courtisans n'ont même pas le sens de leur propre ridicule ou du moins ils escomptent des avantages qui font passer la pilule de l'inféodation.
De même sens et déjà évoquées peut-être (car la richesse de ce blog est telle que son propre auteur s'y emmêle un peu les crayons, voire les pinceaux) :
Servir la soupe

Passer la main dans le dos
(frotter le dos)
Lécher le cul (un lèche-cul)

Lécher les bottes (un lèche-bottes)

* les pompes : certaines chaussures de mauvaise qualité, aux semelles peu imperméables avaient malheureusement tendance à aspirer l'humidité des rues et la liquidité des flaques. En ce sens, c'étaient des pompes. Heureusement aujourd'hui tout cela est du passé...

*cracher dans la soupe, métaphoriquement, c’est dire du mal de celui qui vous fait vivre (par exemple un commercial qui dit du mal – parfois à juste titre- de son employeur).

 

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0