Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Etre gai comme un italien quand il sait qu'il aura de l'amour et du vin

Publié le par Jacques Michaud

Etre gai comme un italien quand il sait qu'il aura de l'amour et du vin

Une fois n'est pas coutume, c'est une comparaison qui ne ressortit  pas (vous pouvez vérifier dans le dictionnaire, il n'y a pas d'erreur, ah, ah , bande de pleutres !), qui ne ressortit pas dis-je donc dingue, directement à la langue populaire, c'est cloche ! Il s'agit d'un extrait de paroles de chanson (évidemment nenni me souviens du nom de l'auteur) chantée par Nicole Croisille (tiens, encore une Nicole !). Si vous lisez encore, c'est que vous êtes peu rebuté(e) par les parenthèses (et c'est tant mieux pour vous (et il y en a généralement peu ! (des gens qui aiment les parenthèses))). Vous n'avez pas rêvé : j'ai bien fermé trois fois la parentèse.
J'aime cette chanson qui doit s'appeler si je me souviens bien : "femme"....
OK, c'est bon ?

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Un nageur de proximité

Publié le par Jacques Michaud

Un nageur de proximité

J'ai un copain qui bosse dans une entreprise assez high-tech, une sorte de Centre d'Innovation où quasiment chaque jour on invente un produit nouveau que des commerciaux emperruqués et bignolés vont vendre sur le marché mondialisé. Comme faut que ça booste au niveau des ventes, on leur a adjoint un nageur de proximité, c'est-à-dire un nageur qui est si près du travail que font les autres qu'il a pas forcément besoin d'y toucher lui-même, c'est ça la proximité ! Sinon, le nageur, avec ses palmes pas toujours très académiques, se déplace assez vite d'un endroit à un autre. Ca ne fait aucun remous, ça ne fait pas de vagues, un nageur de proximité, parce que c'est
quelqu'un qui sait nager.
Un nageur de proximité est généralement issu d'une école de nagement. Mais c'est dur d'y entrer, c'est pourquoi le nageur de proximité est si rare. C'est une espèce à protéger.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Rien à battre

Publié le par Jacques Michaud

Rien à battre

Je sais que vous n'en avez rien à battre (rien à branler) mais ce soir; tout m'emmerde. Tout me paraît moche. Et personne n'en a rien à foutre de personne. Et ce blog n'a aucun intérêt.
Il faut être toujours en forme, sexy, intelligent. Et moi, je suis comme un con à regarder des Turcs qui essaient de se farcir des Allemands au football après une journée de con où j'ai essayé de donner le change et où ça a marché parce que je ne suis pas non plus le plus con.
J'ai éteint la radio parce que la télé plus l'ordinateur, plus ma révolte qui gronde, ça fait une sacrée bouillie...Je ne suis ni en forme, ni sexy. Je suis juste intelligent. Et ça gâche. Je suis seul. Ineffablement.
11 minutes 27 secondes et les Turcs n'ont pas marqué. Je souhaite qu'ils gagnent les Turcs parce que je voudrais que ça fasse chier l'Europe qui les rejette.
14 minutes : ils ont failli marquer !

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Se noyer dans un verre d'eau

Publié le par Jacques Michaud

Se noyer dans un verre d'eau

Que voilà une belle illustration de la puissance de la métaphore Point d'exclamation. Cette expression signifie la velléité, l'impuissance d'icelui ou d'icelle qui n'en peut mais malgré ses efforts pour réussir, et que la moindre difficulté submerge (filons la métaphore et en week-end, ce qui est vous en conviendrez un zeugma entre parenthèses). J'aime à vous étourdir pleutres lecteurs, courageux inachevés, point d'exclamation. A la ligne.
Pêche, j'ai la pêche. A la ligne ! (vous le voyez le point d'exclamation, point d'interrogation).
Moi-mêrme en me relisant, je n'y comprends goutte, mais vous avouerez qu'en terme de jeu langagier ça a de la gueule non ? Moi, carrément (c'est rare les adverbes métaphoriques, ben oui, car qu'est-ce qui est carré dans tout ça ?) , ça m'en bouche un coin, point
Cette expression donc suggère l'incapacité à régler le plus petit problème, un peu comme si le malheureux mis en cause en était à se faire une montagne de tout. Mais imaginez (donc, créez une image !) quelqu'un dans un verre d'eau et qui, de plus, est allant se noyer. C'est drôle non ? Pleutre ! Il n'y a même pas un photoshopper qui m'enverrait, quelle grâce, une photo truquée illustrant ce premier degré de l'expression qui annulerait toute métaphore ? Vertige, j'ai carrément le vertige.
C'est fini (1)
Point
A la masse

(1) Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, partie III, Folio, p.65

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

La remettre au mâle

Publié le par Jacques Michaud

La remettre au mâle

Je sais bien que vous attendez de la grivoiserie pour satisfaire vos instincts les plus bas, bande de pleutres qui vous cachez derrière l'anonymat de ce blog génial et modeste comme dirait un radioman de France Inter. Raté, car la remettre au mâle ne signifie aucunement qu'on fait cadeau d'une fille à un mec (ça, ça se fait plutôt dans les soirées mondaines), ça ne signifie pas non plus qu'une nana envisage un second ramonage, non, car ce serait bien vulgaire. La remettre au mâle, c'est simplement aller remplir la carafe à vin vide au tonneau ou au bib le plus proche. Moyennant quoi la connotation sexuelle devient valide mais beaucoup plus légère et fine. Ce qui convient bien sûr à mon lectorat si tellement évolué.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Avaler le goujon

Publié le par Jacques Michaud

Avaler le goujon, voilà qui plaira à Pat' qui adore les goujonnades, ces petites fêtes qu'on fait entre amis ligériens. On prend un scion, on accroche un fil muni d'un bouchon et des fifises ou des bloches qui se tortillent sur l'hameçon; les pieds dans l'eau on bouge la vase et normalement on remonte un goujon toutes les  minutes. Un autre fil se prolonge en une bouteille de blanc, de rouge ou de rosé qui prend le frais, ce qui fait que lorsqu'on fait la friture, le soir, sur la grève, tout le monde est bourré... d'envie, de toutes les envies.
Avaler le goujon, pourtant est une expression peu gaie
mais aussi
avaler sa chaloupe
avaler sa chiffe
avaler sa chique
avaler sa cuiller
avaler sa fourchette
avaler sa langue
avaler son extrait de naissance
, cette dernière expression ayant été popularisée par Michel Audiard et Frédéric Dard
Toutes ces expressions ne signifient rien d'autre que mourir...
Ah mourir en avalant, mourir de la petite mort...

Vous savez, quand on dit "elle avale !", je vous laisse deviner le sens...

 C'était au temps où XII dessinait encore

Attention de ne pas pousser le bouchon trop loin, il faut pêcher sur ses pieds....

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Avoir un aspirateur à gonzesses

Publié le par Jacques Michaud

Avoir un aspirateur à gonzesses

Naguère -allez, presque jadis !- un certain Dutronc qui aimait lui aussi faire le Jacques chantait son piège à filles, son joujou extra qui faisait crac boum hue ! En vérité on n'a jamais très bien su de quoi il s'agissait mais il prenait le contrepied de ces play-boys qui roulaient en Ferrari se chaussaient chez Carvil et mangeaient Fauchon. On peut donc supposer que son piège à filles devait se trouver entre ses deux pieds. Rien de plus naturel !
L'aspirateur à gonzesses c'est bien sûr la belle voiture qui attire les (pas toutes!) filles, genre cabriolet, rouge, bien voyant. C'est con une fille, parfois, non ? J'ai dit PARFOIS.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Péter la poussière

Publié le par Jacques Michaud

Péter la poussière

Expression rapportée par Patrick L. qui signifie (pas Patrick mais l'expression) péter la soif ou avoir très soif. On peut imaginer que le gosier sec on n'a pas autre chose dans le gosier que de la poussière...bon...  On peut aussi se demander pourquoi "péter". Je ne veux pas gloser là-dessus d'autant que si vous êtes curieux, ce blog vous permettra de vous la péter dès que vous aurez acquis toutes les expressions où que c'est qu'on pète sans que ce soye forcément plus haut que son cul.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Avoir une montée de sève

Publié le par Jacques Michaud

Avoir une montée de sève

Ca vaut mieux qu'une montée de fièvre et ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine ou d'avaler de la mort-aux-rats (ou  encore de faire le zouave au Pont de l'Alma). Au printemps, les femmes sont encore plus belles, alors certains se sentent pousser des ailes ou ont le sang qui les travaille et ils sont prêts à courir le guilledou. Ils ont leur montée de sève. Vite, profitez du printemps juste avant qu'il ne se transforme en été et ne devienne vulgaire.
On ne taille pas les arbres pendant les montées de sève mais on peut à la rigueur et à condition d'avoir ce qu'il faut sous la main et en tout cas pas un sécateur, tailler les pipes. Allez-y, taillez les pipes (ou faites vous tailler) puisque tailler les arbres serait mal venu, voire indécent. Vous pourrez maintenant tailler les arbres à la sève d'août (la sive d'oute, comme on dit en bordure de Biauce).

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Attendre qu'un cousin corse lui règle son compte

Publié le par Jacques Michaud

Attendre vs Ne pas attendre qu'un cousin corse lui règle son compte

Etonnante expression dont je ne sais si elle est très répandue mais que j'ai bel et bien entendue. Quand quelqu'un gêne votre parcours professionnel, quand quelqu'un n'est pas à la hauteur, quand vous préféreriez que ce quelqu'un exerce ailleurs ses talents, soit vous usez de votre pouvoir ou de votre ruse pour qu'il change de service, d'emploi, etc. soit vous ne faites rien en attendant qu'un cousin corse lui règle son compte.
Pas très gentil pour les Corses, mais ils en entendent des vertes et des pas mûres.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>