Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La salle de jeux

Publié le par Jacques Michaud

La salle de jeux

Je suis un mec, il est vrai, et il manque à ma culture toute cette sensibilité, cet état d'esprit, ce vocabulaire, cette élégance, ce je ne sais quoi qui n'appartiennent qu'aux femmes. Bien souvent je les jalouse pour ça, bien souvent je les admire pour ça, assez souvent je les aime pour tout. Quand j'étais plus jeune, j'aurais voulu être noir (comme le disait la chanson de Nino Ferrer), au moins pour chanter le blues avec une voix hyper rocailleuse (ceci dit, je me défends déjà pas mal, je crois). Je n'ai jamais, au grand jamais, voulu être une meuf, c'est pas mon truc, mais franchement, j'ai des atomes crochus, oh, pas avec toutes, mais même les meufs entre elles, c'est déjà pas tout cuit. En tout cas, ça m'amuse de savoir que les femmes appellent "salle de jeux" leur vagin. A tel point que parmi celles qui se font pour une raison ou une autre, retirer l'utérus, il en existe qui disent un truc du genre : "c'est pas grave qu'on m'enlève la cuisine, du moment qu'il me reste la salle de jeux." Quelqu'un de proche, et que j'aime bien, va se retrouver dans cette situation, prochainement. Je pense à elle, et je lui envoie toute mon affection (à condition qu'elle tombe sur mon blog, évidemment).

 

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Ca déchire

Publié le par Jacques Michaud

Ca déchire

Expression à la mode, encore un peu vague, qui signale quelque chose d'exceptionnel, de fort, d'étonnant. Putain, ça déchire, t'as vu comment il lui a claqué le beignet à l'autre keum ?

Etre déchiré

Etre bourré, le plus souvent.

Expression effectivement métaphorique mais possédant une forte connexion de sens avec le champ sémantique de la destruction : être cassé (alcool ou autre), destroy (pour destroyed), ou perversement aussi bien qu'inversement le champ sémantique de la remise en ordre : azimuté ou rectifié.

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Mettre la viande à attendrir

Publié le par Jacques Michaud

Mettre la viande à attendrir

Trouvée au hasard de la lecture du Canard Enchaîné de ce jour (28/03/07). Double métaphore qui a pour sens "mettre en garde à vue" pour certaines hermines,  gens de justice,  et autres gens de police. Dans des cas de garde à vue - qui deviennent aujourd'hui monnaie courante - il suffit de laisser quelqu'un moisir, se morfondre, dans l'attente et l'incertitude, de l'humilier pour le rendre plus coopérant, plus tendre, quoi ! Ca fout franchement la trouille, non ? Oui, je sais, pas à vous, car vous, vous n'avez rien à vous reprocher ? Allez, bonne chance !

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Bourrer le mou

Publié le par Jacques Michaud

Bourrer le mou

Il existe des champions du bourrage de mou, en gros, des sales menteurs qui vous font croire qu'ils vont faire-ci ou qu'ils vont faire ça et qui vous trompent sans vergogne. Toutes les manoeuvres sont bonnes pour ces menteurs échevelés (oui, oui, je les vois bien échevelés à force de mentir...).

A contrario, se faire bourrer le mou n'est pas - non plus - très glorieux et révèle une certaine crédulité de gogo, celui qui gobe tout...

Merci à Michel T. pour cette expression

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Avoir le bec dans l'eau

Publié le par Jacques Michaud

Avoir le bec dans l'eau

Cette semaine, à mon boulot,  j'ai monté une superbe blague. Mais mon objectif, c'était que les gens discernent tout de suite la blague. Et qu'ils pensent que j'étais un mec super amusant. En fait j'ai monté un super bobard et tout le monde l'a cru comme une vérité vraie, alors qu'il était fait pour être vu directement comme un bobard. Vous me suivez ? J'ai le bec dans l'eau...(à suivre)

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Ca me gave !

Publié le par Jacques Michaud

Ca me gave !

Ca me gonfle, ça me saoule. J'ai les dents du fond qui baignent. Bref, ça m'énerve grave !

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Le café du commerce

Publié le par Jacques Michaud

Le café du commerce

Dans un usage non métaphorique, le Café du Commerce était autrefois un bistroquet placé de manière idoine là où s'établissait principalement le commerce d'une ville. On eut aussi des Café de l'Agriculture, des Café de l'Horloge ou des Café du Pont. Dans l'usage métaphorique d'aujourd'hui le café du commerce désigne tout endroit où l'on cause, parle et bajote (oui je l'ai inventé "bajote" ou bien je l'ai retrouvé enfoui dans mon cerveau arrière, je ne sais pas), à propos de rien, voire de tout, un endroit où on refait le monde, où on met Paris en bouteille et où on rase gratis. Bien souvent les conversations de Café du Commerce donnent dans la médisance, voire la pure calomnie (comme si la calomnie était pure, connard !). Vous avez sans doute remarqué que toutes les radios aujourd'hui ont leur émission Café du Commerce où tout un chacun pourvu d'un greffon téléphonique peut dégoiser comme un livre, avoir des accents lyriques et s'en prendre à tel ou tel. Le jeu pour le patron du café du commerce, c'est que quand quelqu'un dit une connerie noire, il doit trouver quelqu'un qui dit aussitôt après une connerie blanche et Lycée de Versailles. Le summum, c'est la Conversation de Café du Commerce consacrée au foot. Je vous laisse découvrir les soirs de matches.

J 'espère que mes amis Danielle et Michel (1) ne m'en voudront pas d'utiliser une photo de leur famille pour illustrer mon merveilleux article (le Café de l'Agriculture, à Artenay, Loiret).

J'aime particulièrement ces photos préparées, quelque peu affétées dans lesquelles on voit ces gens aujourd'hui disparus qui regardent le photographe dans les yeux, conscients sans doute que leur image gagnerait une forme de postérité.

(1) Michel Danielle, these are words that go together well (as thay used to say, them, the Beatles)

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Tendu comme un string

Publié le par Jacques Michaud

Tendu comme un string

Je crois qu'il s'agit d'une métaphore en devenir, que j'ai réellement entendue de la bouche de quelqu'un qui évoquait la tension des fils des caténaires dans la tentative de record de vitesse du TGV Est (du sérieux !). Je trouve cette métaphore tellement parlante, jolie et pleine d'érotique poésie que je suggère qu'on l'utilise pour dire qu'on est tendu, stressé, énervé, quoi. Je suis tendu comme un string ! P'tain, classe, non ?

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Augmenter les quotas laitiers

Publié le par Jacques Michaud

Augmenter les quotas laitiers

Fort heureusement, c'est une femme politique (depuis, j'ai oublié laquelle, malheureusement, car elle a de l'humour...) que j'ai entendu utiliser cette expression pour évoquer la parité entre hommes et femmes, et la nécessité d'imposer des quotas pour les femmes dans les élections. Cela me dédouane du machisme dont on pourrait me taxer.

Tiens, en passant, j'ai entendu l'expression "ça me casse les ovaires" utilisée par une certaine Nadj qui s'étonnait qu'on la chambre quand elle disait à quelqu'un : " tu me pètes les couilles !"

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

Les bijoux de famille

Publié le par Jacques Michaud

Les bijoux de famille

D'aucuns les appellent coucougnettes par cheu nous ou  gosses au Québec. Je ne saurais vous dire si les bijoux de famille sont strictement équivalents au service trois pièces qui, lui, comporte à coup sûr  un appendice central d'assez belle valeur.

 

Publié dans métaphore

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>