Retirer l'oeuf britannique de l'omelette européenne

Publié le par Jacques Michaud

En ces temps de Brexit (pour British exit) voilà une expression très originale créée de toutes pièces par un chroniqueur prolifique, et pour moi anonyme. Peut-on trouver meilleure image pour évoquer le merdier que représente la sortie des britanniques de l'Union, pour la Grande-Bretagne et pour l'Europe ? 

Prenons l'image au premier degré : on veut reconstituer à l'identique ou presque un œuf qu'on a mis dans l'omelette de 28 œufs. Difficile déjà de retrouver la coquille mais plus encore de retrouver les molécules disséminées dans l'ensemble de l'omelette.

Les anglais en demandent toujours beaucoup à l'Europe alors qu'ils veulent toujours garder leur autonomie et dépenser un minimum pour la communauté. Ils sont pingres et appliquent la philosophie du fameux partage de Cormeray.(1) (2)

I want my money back disait l'inénarrable Madame Thatcher, celle qui appauvrissait les pauvres pour enrichir les riches. De nouveaux épisodes sont à écrire. Au point où on en est, pourquoi ne pas refaire un référendum ?

(1) 

"Faire un partage de Cormeray"

En passant il y a quelques jours à Cormeray, tout petit village au sud de Blois, proche de celui de mes ancêtres (Chitenay), je me suis rappelé qu'on citait cette expression quand dans une répartition, l'un prenait tout ou presque et laissait à l'autre la portion congrue, voire rien du tout.

Sans doute cela remonte-t-il à un douloureux partage post héritage ?

(2)  cf.  

http://masologne.org/Le-partage-de-Cormeray

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article