Etre payé avec un lance-pierres

Publié le par Jacques Michaud

Etre payé avec un lance-pierres (proposition de Michel T.)

Le sens de cette expression ne me paraît pas complètement fixé. C'est ça aussi l'intérêt de la langue populaire, c'est qu'elle est  en gestation, en évolution et que même, horreur, chacun peut s'en emparer et en faire ce que bon lui semble. Ceux qui me suivent savent à quel point tout ce qui est académique me séduit... Ceux qui me connaissent mieux pourront supputer quelque double sens à cette insidieuse remarque. Nenni ! comme dirait le cheval qui est d'accord, ils s'abusent ! Pas de double sens ici. Revenons à nos moutons.
Etre payé avec un lance-pierres peut être utilisé dans le sens de être payé chichement, par un grippe-sous dont le porte-monnaie est en peau de hérisson et qui, quand il doit vous remercier de vos efforts, trouve trop grand celui (l'effort) qui consiste à sortir l'écu de son escarcelle. 
L'expression  peut aussi vouloir dire, être payé avec irrégularité, par à-coups, de temps en temps, au bon vouloir du cochon de payeur.

Le lance-pierres fait florès dans une autre expression métaphorique : manger avec un lance-pierres. Et là, l'expression signifie : manger à toute vitesse. Par exemple pour se dépêcher de retourner au boulot pour faire gagner plus à son patron en travaillant plus pour son patron.

Publié dans métaphore

Commenter cet article