Un rossignol

Publié le par Jacques Michaud

Un rossignol

Ma vieille marraine, qui s'appelait Suzanne vendait des trucs et des machins de toutes sortes. Son magason était une armurerie, coutellerie mais elle faisait aussi dans le souvenir, ce genre de trucs horribles en cep de vigne, en corne, en plastique. Dans ces temps-là; la rotation des stocks était lente et les flux distendus. On avait des objets informes ou laids qui restaient encalminés dans l'étalage, des mois, voire des années. Voilà ce qu'est un rossignol : un objet à la  vente qui ne se vend pas et vous reste sur les bras. Même les soldes en viennent à peine à bout. Certains les collectionnent car il y a bien des adeptes du musée des horreurs.

Publié dans métaphore

Commenter cet article