Repeindre les chiottes

Publié le par Jacques Michaud

Repeindre les chiottes

On ne recule devant aucune trivialité et la scatologie, si elle ne nous émeut pas, nous effraie peu. Pour autant que je me le rappelle, quand on a une "belle" gastro-entérite", bien galopante, on est susceptible de tapisser hardiment la cuvette. Dans certains cas hautement morbides on pourrait imaginer de repeindre le fameux petit coin du sol au plafond.
Merde alors, ça c'est la colique, dit-on aussi pour désigner quelque chose qui survient de particulièrement chiant !

Publié dans métaphore

Commenter cet article