Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec synecdoque

En avoir un coup derrière les carreaux

Publié le par Jacques Michaud

En avoir un coup derrière les carreaux
Contribution de Michel T.

Qu'est-ce qu'il y a derrière les carreaux, si l'on considère que les carreaux  sont les lunettes  ? Notons au passage que dire les carreaux pour les lunettes est, je pense, une figure de rhétorique appelée synecdoque (1).
Derrière ces carreaux, il y a le cerveau. Et s'il en a un coup, c'est que le contenant crâne a été mis à rude épreuve, soit parce qu'on a reçu une volée et qu'on est groggy, comme un boxeur pantelant sur le ring, soit qu'on a pris une musette, une muflée, une cuite, quoi et qu'on est complètement bourré.

Variante : "en avoir un coup dans les carreaux" (version moins explicite)

(1)
Synecdoque : emploi d'un mot en un sens dont son sens habituel n'est qu'une des parties.
"Depuis plus de six mois, éloigné de mon père,
J'ignore le destin d'une tête si chère"
in Dictionaire encyclopédique des sciences du langage, Ducrot et Todorov, Coll. Points, Seuil

Plus prosaïquement, dire "une voile" pour un bateau, "battre le fer" pour se battre à l'épée, c'est énoncer des synecdoques.

Publié dans synecdoque

Partager cet article

Repost 0

Un sans papiers

Publié le par Jacques Michaud

Un sans papiers

Eh oui, dès lors qu'on désigne quelqu'un ou quelque chose par une de ses "propriétés", on est dans la figure de style. Une métonymie sûrement, une synecdoque peut-être. Et ce n'est pas anodin. Imaginez un instant, qu'en tant que personne, on vous désigne par quelque chose qui vous caractérise : vous devenez le "possesseur de la Renault Espace" ou "l'homme au cigare" ou encore "Bitedef", etc. Même si ça ne vous plaît qu'à moitié, ça vous rassure de constater qu'on vous prend pour quelqu'un qui en a ! qui a une belle bagnole, qui fume riche ou qui a un gros kiki. Mais, sans papiers ! Devenez même virtuellement un sans papiers ou un sans domicile fixe. Imaginez être caractérisé par ce que vous n'avez pas (et que vous aimeriez avoir), qu'on vous appelle le "sans intelligence", le "privé de courage", le "pas une once de jugeotte", le "sans couilles". Un peu dur, non ?

Publié dans synecdoque

Partager cet article

Repost 0

Un bouchon

Publié le par Jacques Michaud

Un bouchon

Roger P. m'a indiqué que ce nom de "bouchon" donné aux restaurants lyonnais vient en fait du bouchon de paille qu'on donnait aux voyageurs pour qu'ils puissent panser leurs chevaux fourbus lorsqu'ils arrivaient dans une auberge ( un cheval est évidemment "fourbu" après une longue course - cheval fourbu est un "cliché"). Le Robert signale que le bouchon désignait un bouquet de paille ou un rameau de feuillage qui servaient d'enseigne à ces "estaminets".

Si personne ne me contredit, je dirai qu'appeler bouchon, un restaurant, relève de la figure de style appelée synecdoque ( ici prendre une partie - une enseigne- pour le tout - un restaurant- ).

Publié dans synecdoque

Partager cet article

Repost 0