Utiliser de la poudre de perlimpinpin

Publié le par Jacques Michaud

 

On devrait utiliser le mot perlimpinpin pour apprendre aux enfants que le "n" des nasales se transforme en "m" devant m, b, p... car on y voit certes "m" devant "p" mais aussi "n" devant "p". Ainsi, on y prouverait que le français est fait de règles et d'exceptions qui confirment la règle. Diantre il n'y a pas que "embonpoint" qui soit tordu (mais lui, pour partie, car son orthographe s'explique aisément par la contraction de en bon point, CQFD). Mon passé de donneur de leçons ressurgit.

Ce soir,  à mon médecin qui me demandait si tout allait bien, je répondis que oui et que j'avais juste seulement mal au dos, la nuit, depuis deux ans, de façon insoutenable mais néanmoins soutenue. Je l'ai un peu heurté d'un humoristique : "et je sais que ça ne vous intéresse pas !". Il a rigolé et m'a dit en plaisantant qu'il faudrait que je prenne un autre rendez-vous. Je déconne bien avec lui, même s'il a systématiquement une heure de retard et qu'il s'en bat les balloches depuis deux ans de mon mal au dos. Il y a des douleurs qu'il faut donc soigner à la poudre de perlimpinpin, c'est-à-dire par la magie ou l'effet placebo, voire la méthode Coué. En attendant le médecin, je lisais justement dans le Point (eh oui !) (1) que la majorité des compléments alimentaires sont inutiles ou dangereux. Il en va de même, sans doute, de tous ces trucs et machins aux plantes plus ou moins efficaces. Donc je n'utiliserai pas pour mon mal au dos de poudre de Perlimpinpin.

J'ai eu la chance de rencontrer récemment une naturopathe (pas psychopathe) qui m'a conseillé le drap de cuivre (une sorte de tapis de cuivre et coton qu'on glisse sous le drap et qui agit en bien sur le mécanisme inflammatoire...Je compléterai ceci par un oreiller en balle d'épeautre et je deviendrai peut-être le roi du pétrole. C’est ce soir que je commence, justement ! Que de hasards concourants pour un con qui marche !

Je vous tiendrai au courant....

 

(1)  Les ravages des gélules miracles, par Violaine de Montclos (sic), Le Point, 25 mars 2010

Publié dans métaphore

Commenter cet article

michelle devinant romero 08/04/2010 21:54



pour ma part, et en bonne solognote, j'utilise la poudre de perlimpinpin pour vendre ma camelote. Ca brille, ça vole de ci de là, ça endort la vigilance... et le tour est joué. Pour le mal de
dos, je conseille le comptage de moutons sur un côté puis sur l'autre, la promenade nocturne à la recherche des interrupteurs, la page d'écriture intime aux petites heures (résultat pas garanti)
et dans tous les cas de figure, les balloches le matin. Tout ça pour dire qu'il ne faut pas me prendre pour un jambon (métaphore que je livre à la perspicacité de notre modérateur
pendant ses insomnies lombaires). On a jamais guéri le dos avec les matelas plan plan ou les coussins pouet pouet.  Un bon litron au repas du soir, un massage délicat par l'aimée, une
lecture à voix haute par la même et quelques mots doux suffisent à calmer toutes les douleurs. A tout le moins, à les endormir pendant quelques minutes. Sur ce, je m'en vas mettre un savon de
marseille dans mon lit biscotte que ça soulage les crampes. Une amie du Tennessee qui te veut du bien.


 


 


 


 



Jacques Michaud 09/04/2010 10:11



Je m'en vas mettre tout ça en pratique !