Croire au Père Noël

Publié le par Jacques Michaud

 

C'est de circonstance, bof !

 

Eh, banane, tu crois au Père Noël ? Sous-entendu, si tu crois que je vais faire ce que tu me demandes, tu te fourres le doigt dans l'oeil et même jusqu'au trognon. En d'autres termes, tu peux (aller) te brosser !

Fourrer un doigt jusqu'au trognon ne semble d'ailleurs avoir aucun sens et pourtant, on l'utilise par association d'idées. Se faire avoir jusqu'au trognon, par exemple, c'est se faire avoir jusqu'au bout, se faire avoir jusqu'à l'os, même dit-on. Le trognon, comme l'os, c'est ce qu'il reste quand on a tout enlevé. Le bout du bout.

 

Noël, c'est aussi l'idée de l'abondance (le réveillon, les cadeaux), ainsi on peut dire "c'est Noël" ou "c'est Noël avant l'heure" quand quelque chose arrive comme un cadeau, un peu plus que ce qu'on espérait. Noël suggère aussi la surcharge (chargé, maquillé, décoré comme un sapin de Noël; un vrai sapin de Noël dira-t-on parfois d'une femme qui aura ostensiblement sorti tous ses bijoux).  

 

On ressortira les métaphores usagées telles : Etre ou ne pas être un cadeau. Une personne qui n'est pas un cadeau peut être aussi bien quelqu'un de moche que quelqu'un d'emmerdant.

 

On va pas faire un réveillon, là-dessus, signifie que quelque chose a déjà beaucoup trop duré et qu'il y faut mettre un terme. Ou encore, on va pas faire réveillon ici, sous-entendu, on va pas s'incruster, on va pas rester plus longtemps.

 


Destinée - Le Père Noël est une ordure
envoyé par Sergent-chef_Cruchot. - Gag, sketch et parodie humouristique en video.

Publié dans métaphore

Commenter cet article