It's raining cats and dogs

Publié le par Jacques Michaud

Le survol des métaphores, qui est un régal en français, l'est évidemment tout autant dans les autres langues. Plus encore, il peut être réellement jouissif (jouissateur) de mettre en parallèle une métaphore en français et une métaphore sémantiquement équivalente dans une autre langue.
Ainsi, en français, des expressions sémantiquement équivalentes comme
il pleut des cordes
il pleut des hallebardes
il pleut à vache qui pisse
il pleut des grenouilles
et même paraît-il, il pleut des clous (!)
peuvent se traduire en anglais par :
it's raining cats and dogs (il pleut des chats et des chiens) et peut-être par bien d'autres que point ne conno.
Tout cela est fort heureusement doté d'un surréalisme - surréaliste avant la lettre - de fort bon aloi...André Breton n'aurait-il été qu'un vague opportuniste ? (allez, déchaînez-vous !)
Et là, le compilateur zélé de la chose métaphorique que je suis, hésite devant les deux chemins : dois-je choisir la voie du sens, c'est-à-dire la voie de la langue en action, de la langue hic et nunc ?ou dois-je choisir la voie de la philologie (l'origine, l'explication) ?
Quand on tente une percée pour chercher l'origine de l'expression "it's raining cats and dogs" (cf. réf. ci-dessous), on entre dans une cascade de supputations qui vont de la plus ancienne gréquitude avec des dieux, des déesses (cf. 
http://en.wikipedia.org/wiki/Raining_animals ) jusques (z) aux études des typhons, des cyclones et autres tornados aspirateurs de grenouilles. Dans tous les cas, on est dans la poésie et le non-sens.
J'avoue que l'idée qu'un cyclone aspire des grenouilles, des poissons et des oiseaux pour les déverser à des centaines de kilomètres plus loin, après un voyage supra-atmosphérique, me réjouit au plus haut point. Surtout que j'ai de mes yeux vu à la TV des cyclones aspirer des caravanes, des blocs de béton, des arbres et des cabines téléphoniques, peut-être même un revolver à cheveux bleus...
En tout cas, quand chaque semaine, à jour presque fixe, bien après l'heure où les lions vont boire (Queneau), je rentre chez moi à travers la Sologne, j'espère parfois qu'il va pleuvoir pour apercevoir dans mes phares ces vols de grenouilles qui n'ont rien d'autre à foutre, comme moi sans doute et depuis peu, que de passer d'un côté de la route à l'autre côté de la route. Et quand il ne pleut pas ce sont vols de sangliers, de biches et autres cervidés de toute leur substance que je peux voir passer...
Sont-ils fous ces anglais ? Que nenni ! il n'y a pas plus fou qu'un poète...
Si vous êtes un peu courageux et un peu anglofun, consultez ce site où vous apprendrez entre autres que selon les pays il peut pleuvoir des brouettes, des trollettes (trolls femelles), des girafes , des éléphants (je ne sais pas ce que vaudrait en l'occurrence la théorie du cyclone), des bateaux, des casques, des apprentis cordonniers et tutti quanti.
http://www.omniglot.com/language/idioms/rain.php
Si vous voulez mesurer à quel point on peut supposer, supputer, échafauder, se demander et que vous êtes un peu anglocompatible, n'hésitez pas à consulter les explications dans
http://www.phrases.org.uk/meanings/raining%20cats%20and%20dogs.html
ou encore
http://www.cotf.edu/ete/modules/sevweath/swcatsdogs.html
Allez, quant à moi, en toute subjectivité, je choisis cette explication qui va à l'encontre de l'aspect métaphorique de l'expression :

"The much more probable source of 'raining cats and dogs' is the prosaic fact that, in the filthy streets of 17th/18th century England, heavy rain would occasionally carry along dead animals and other debris. The animals didn't fall from the sky, but the sight of dead cats and dogs floating by in storms could well have caused the coining of this colourful phrase. Jonathan Swift described such an event in his satirical poem 'A Description of a City Shower', first published in the 1710 collection of the Tatler magazine."

Synthèse of my own : la source la plus probable est que dans ces siècles aux rues hautement dégueulasses que furent le 17 et le 18, certaines  pluies torrentielles charriaient des cadavres de chats et de chiens entre autres débris. Jonathan Swift l'aurait confirmé dans l'un de ses poèmes que vous ne lirez sans doute jamais, pas plus que moi. On n'a pas le temps, il faut qu'on avance !

Puisqu'il peut pleuvoir des grenouilles, je dédie le titre suivant à quelqu'un qui se reconnaîtra...

Publié dans métaphore

Commenter cet article