Arroser où c'est déjà mouillé

Publié le par Jacques Michaud

Récemment, lors d'un séminaire professionnel, j'ai pu entendre de la bouche d'un courbé* déjà oublié cette expression qui signifie : enfoncer des portes ouvertes (c'est bien d'expliquer une métaphore par une autre métaphore, ça ressemble à un jeu de piste). Mon expérience m'a montré que les séminaristes, je veux dire les conférenciers pour séminaristes, s'expriment assez fréquemment de manière métaphorique. Deux explications : soit ils veulent se faire bien voir et donc humoriser* pour s'attirer les bonnes grâces des auditeurs (ce qui dans le cas vécu n'était pas gagné, quelle bande de nazes ! comme dirait une copine nasillante), soit... j'ai oublié le deuxièmement !
Et en l'occurrence ça n'a aucune importance.
Bref, arroser où c'est mouillé c'est faire un truisme (mot pas cochon du tout).
*courbé : Dictionnaire Petit michaud, édition 2012 - néologisme qui désigne quelqu'un de bien intégré au système, qui croit à ce qu'il dit, qui croit à ce qu'il fait parce que c'est bon pour la société dans laquelle on vit, lui et nous et moi. Que la société, lui, le courbé, il la connaît !
*humoriser : Dictionnaire Petit michaud, édition 2012 - néologisme. Dire des choses qu'on a l'air de pas y toucher mais que c'est drôle.
L'autre jour, à propos de dictionnaire Petit michaud, Zulunation m'a taclé car je croyais avoir inventé un mot, enfin, dans son sens transitif, que lui le zélé zoulou il a pas laissé passer parce que le verbe transitif existe et Zulunation m'a rappelé que c'est pas la peinde de faire le kéké que lui il fait gaffe à toutes les conneries que je dis. Merci Zoulou. Tu es mon ami !

Publié dans métaphore

Commenter cet article