Y laisser sa culotte

Publié le par Jacques Michaud

Bien entendu, tout est dans le Y (pronom) qui remplace ce qui provoque la ruine. Par exemple, on peut laisser sa culotte au poker. D'aucuns disent  qu'ils se retrouvent à poil, dans une expression métaphorique équivalente. Je crois que tous les malheureux qui ont cru bien faire naguère en se constituant un Plan d'épargne en actions (PEA) sont en passe de bouffer leur culotte. Avant peu ils pourront repartir une main derrière, une main devant. Ah la crise, la croissance négative avant la décroissance peut-être positive.
A poil, tout le monde à poil !
Je crois qu'il existe des endroits où l'on peut laisser sa culotte au vestiaire...Ah, la crise ! comme disait le (cliché) regretté Coluche.

Publié dans métaphore

Commenter cet article