Etre un drôle de zoulou

Publié le par Jacques Michaud

En fait, je me rappelle maintenant que cette expression courait les rues de mon village (disons de ma petite ville (car entre 5 000 ploucs et 7 000 red necks (cul-terreux in french)), il n'y a que les parigots têtes de veaux ou les parisiens têtes de chiens qui osent dire qu'il s'agit d'un village, heu là faut-y ! (sous entendu faut-y qu'y soyent cons, ces parigots !) (fermez la multi-parenthèse))), autrefois, et donnait lieu à des déformations comme seule la langue populaire sait les inventer : être un drôle de loulou*, may-be pour être un drôle de loustic, être un drôle de loubard (apocope* redoublée), ou être un drôle de zouzou, peut-être pour double-apocoper** zouave dans "être un drôle de zouave"  (celui dans la culotte duquel ma propre soeur que pourtant je vénère a osé mettre la main et dont je ne sais vraiment ce qu'elle y a trouvé, à supposer qu'elle y ait trouvé quelque chose). Je sens, mais pas trop fort tout de même, et je m'en félicite, que vous allez décrocher pour aller vous mettre entre parenthèses...ous Vous auriez tort.
Un Zoulou, c'était un sauvage, avant, un voyou, un blouson noir comme on disait en 59.

Un de mes lecteurs (et c'est à cet hommage que je voulais en venir) signe ses messages du terme de "zulunation" ( nation zouloue ?). Il a la délicatesse ou la modestie d'utiliser le contact au lieu de mettre directement un commentaire. Il se trouve que ce zélé zoulou comme je l'allitère*** affectueusement me paraît être un Pic de la Mirandole, ou un excellent documentaliste. Bref, il m'apporte régulièrement des compléments d'information plutôt autorisés. Il suffit parfois que je pose une question pour qu'il me donne la réponse, et toujours en loucedé. Merci Zoulou.

Voyez plutôt son commentaire sur l'article ci-dessous (c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres) :
"pour ce qui me concerne aucune "contradiction" et je dirai même plus une forte adhérence avec la "mise en abyme" au centre de cette expression ! Par ailleurs il me semble que cette expression est toute récente puisque, à ma connaissance, elle n'a pas 10 ans : j'en situe la naissance en 2000 chez les scénaristes Michel MUNZ et Gérard BITTON qui l'ont mis dans la bouche de Dov MIMRAN (Gad ELMALEH) pour le film "La Vérité Si Je Mens ! 2". Depuis elle se multiplie allègrement ...
." Zulunation dixit

* apocope : quand on ne retient que le début d'un mot pour l'ensemble du mot (ciné pour cinéma, télé pour télévision). Mais il se trouve qu'une apocope à une syllabe (lou) ne jouerait pas son rôle et serait sans doute assez peu discriminante, d'où le redoublement qui donne un volume sonore et sémantique suffisant. J'appelle ça de mon rporpe chef : double-apocopeCa vous berce toutes mes conneries ?
** mots inexisistants sauf pour le petit michaud illustré, édition 2012

N.B. Voyez donc wikipedia où il appert entre autres que le zélé zoulou aurait peut-être un rapport avec le hip-hop :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Zulu_Nation
J'ai un mien neveu qui anime sur une radio clermontoise un émission de radio hebdomadaire de hip-hop américain. Voici ce qu'il en dit :
"La Zulu Nation est un mouvement positif qui émerge dans les années 70, dont Afrika Bambatta est l'instigateur.
La devise est "Peace, Love, Unity and Having Fun" et prône un retour aux racines africaines des afro-américains. Elle vise à contrer la consommation massive de crack dans le Bronx, Harlem.... par une hygiène de vie irréprochable et un état d'esprit positif."
Il joint ce lien



Moi, j'en étais resté au Zoulou blanc, Johnny Clegg, merveilleux souvenir, même si un peu suranné may-be.

Découvrez Johnny Clegg!

Publié dans métaphore

Commenter cet article