Dur comme chicotin

Publié le par Jacques Michaud

La métaphore populaire est parfois approximative : entendue... bien ou mal comprendue, digérée, mal ou bien, car avalée avec les noyaux, elle est réinjectée dans le langage en subissant parfois quelques déformations de plus ou moins bon aloi. C'est ainsi que notre propre langue s'est formée à partir de déformations populaires ou savantes ou pseudo-savantes et pourquoi pas pseudo-populaires du latin de cuisine.
J'ai récemment entendu, au cours d'un dîner qui n'était pas mondain, vous l'imaginez, l'expression "dur comme chicotin", sans doute issue du parler régional ligérien entre Beauce et Sologne à mi-chemin de Blois et Orléans, encore qu'elle se fût quelque peu et momentanément exportée dans les Alpes enneigées, le temps d'un réveillon. Bref, le truc qu'on bouffait était dur...dur semble-t-il, comme chicotin. Or comme je ne suis pas né de la dernière pluie, n'étant pas bien sûr un perdreau de l'année, je me fus allant convoquer mon meilleur dictionnaire. Mon ami Bob m'alla disant que le chicotin existait et qu'il était un suc amer extrait de l'aloès. L'expression idoine eût dû s'appliquer non dans un contexte de dureté mais dans celui de l'amertume : amer comme chicotin. Or, amer je le suis. J'ai récemment pu constater combien la nature humaine pour riche qu'elle soit d'un côté est pauvre de l'autre.
En tout cas, miracle, j'ai compris que ce que je bouffais était dur, dur comme chicotin, ce qui veut dire, je le sais, particulièrement dur !

Publié dans métaphore

Commenter cet article

www.originalorkopina.com 20/08/2014 13:45

I've always wondered why there are so many languages around the world. What actually happened? Communication through language is a complex phenomenon. Animals do not have that. But how we ended up creating hundreds of them!!! Your thoughts are good by the way!

Michaud 21/08/2014 10:27

Thank you