Passer dans la rue du vent

Publié le par Jacques Michaud

Passer dans la rue du vent

Merci à la très aimable Christine qui m'a proposé cette équivalent de l'expression Passer dans le trou de la galette, ((Cf. archives, bande de paresseux !) ce que les scientifiques médecins appellent eux aussi métaphoriquement une fausse route. Belles expressions pour un bien vilain cas qui en conduit même certains jusques  (le s est une licence poétique) au seuil de la mort.
Moi qui ronfle comme un sonneur ou comme une cheminée si ce n'est carrément  comme une locomotive, j'ai pensé naguère à me faire raboter les intérieurs (métaphore de moi, merci) au niveau du passage (elle est pas bonne celle-là ?) du pharynx, de la luette, bref dans ces eaux-là. J'aurais fait ça en ambulatoire plutôt qu'en lit roulant mais l'on (lon laine) m'a indiqué que le risque de fausse route et passage dans le trou de la galette quand ce ne serait pas rue du vent en serait facilité. Que nenni ai-je dit ! Je ronflerai donc jusqu'à ma mort devenue lointaine. C'est beau de gagner d'un seul coup quelques années de vie sans en branler une, non ?

Publié dans métaphore

Commenter cet article